Featured Review
Search

Interview Alain Grand


Album "les enfants de la liberté"d'après le roman de Marc Levy ( couleurs de Dominique Osuch)

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre carrière d'artiste? Sans fausse modestie, je n'ai pas fait une vraie carrière au sens où on l'entend habituellement: Adolescent j'adorais dessiner mais, bien qu'étant lecteur boulimique et dessinateur occasionnel de BD, c'est plutôt le cinéma d'animation qui me passionnait. En France, au début des années 70, les écoles étaient rares, lointaines et l'informatique appliquée à l'animation (Peter Foldès si mes souvenirs sont bons) en était encore au stade d'une expérimentation assez peu convaincante. J'ai donc fait des études "sérieuses" . En parallèle à mes études médicales,ayant trop peu de temps pour l'animation j'ai fait de la BD et j'ai dessiné pour la presse enfantine. Mon 1er album "opération comics" est sorti chez MILAN et a été sélectionné pour le prix du public à Angoulème en 1991. Je ne me sentais techniquement pas prêt à passer professionnel à ce moment là. Mon métier de chirurgien dentiste était très prenant mais ma passion pour la BD ne s'est jamais éteinte. J'ai publié très peu d'albums dans cette période, ce qui m'a valu une réputation un peu injuste* de dessinateur lent. Depuis 2006 je ne me consacre plus qu'à la BD. * J'ai dessiné les 156 planches de mon dernier album "les enfants de la liberté" d'après le roman biographique de Marc Levy en 18 mois. Ce qui fait une assez bonne moyenne.

Comment expliquez-vous le succès de La BD en France? On pourrait remonter aux caricaturistes du 19eme siècle et aux pionniers qui on développé la BD en France, Christophe, Forton, Alain Saint ogan mais ça n'expliquerait pas tout puisque de nombreux pays européens ont eu de tels artistes ( Wilhelm Busch en Allemagne par exemple). Je pense que l'engouement actuel pour la BD et son développement doivent beaucoup à quelques auteurs-phares( Hergé, Jacobs, Franquin, Uderzo et surtout Goscinny) et aux revues-locomotives majeures que furent Tintin, Spirou et Pilote qui ont accompagné et forgé le goût de toute une génération. L'album de BD est devenu au fil des ans un objet relativement coûteux ( qu'on ne jette plus!),qu'on collectionne et les auteurs ont acquis un statut d'artistes et pour certains de vedettes du 9eme art. Tous ces changements se sont faits sur une seule génération. Les générations suivantes abreuvées de dessins animés japonais dans leur enfance se tournent plus facilement vers les mangas dont le modèle, à l'instar des comics américains, est majoritairement plus industriel qu'artisanal. On sent quand même une influence grandissante de l'Europe et une évolution qualitative réelle de la production américaine et japonaise.

Vous êtes l'auteur d' "opération comics". D'où vous est venue l'idée de cet album?

Opération comics est mon 1er album. Je suis assez cinéphile et j'ai voulu rendre un hommage un peu parodique au cinéma d'avant Guerre ( On peu trouver une forte référence aux "39 marches d'Alfred Hitchcock et quelques visages d'acteurs de ces années là.) tout en respectant les codes de la BD dite "classique" comme le petit suspens (parfois très artificiel!) en fin de page. Je suis toujours surpris et enchanté du plaisir qu'il a pu procurer à des lecteurs que je rencontre en dédicaces qui m'en parlent encore.

Qu'est ce qui vous plaît tant dans la narration par l'image? Par l'image passe une infinité d'informations et en BD( à mon humble avis!)elle doit être préférée au texte quand c'est possible.

( il suffit de lire "un ocean d'amour" oeuvre muette de Lupano et Panacionne pour s'en convaincre!) http://www.bedetheque.com/BD-Un-ocean-d-amour-Un-Ocean-d-amour-227927.html L'image est porteuse de l'univers de l'histoire et de celui d'un auteur. Ces deux univers sont intimement liès et participent à la réussite d'un album ( La vision et la représentation de la 1ere guerre mondiale par Tardi est quelque chose d'unique! Jacobs a raconté des histoires de manière si personnelle que ses" défauts" sont devenus un vrai style.) La BD a vraiment développé un langage, un art de la narration qui lui est propre et ses qualités ne sauraient se réduire à la seule originalité graphique ( ce critère du "graphisme" original me semble surévalué chez décideurs et critiques. ) La" belle image" ou l'image originale à tout prix ne vaut que si elle est au service d'une (bonne) histoire ou d'un univers particulier et qu'elle n'oublie pas les fondamentaux de la narration BD. Dans le cas contraire l'objet aura une certaine valeur artistique mais ne sera pas à proprement parler une BD. (Ce qui ne l'empêchera pas forcement d'être digne d'intérêt!) Quelles sont vos influences artistiques majeures? L'oeuvre de Chaland a eu une influence majeure dans mon envie de faire de la BD (opération comics en témoigne! techniquement le travail de Chaland ma fait découvrir le travail au pinceau.) mais j'ai aimé et été influencé par des artistes aussi variés que Tardi, Mandryka,Harvey Kurtzman, Joost Swarte, Alexis, PierreTranchand..et tant d'autres. Mais assez curieusement, comme ça a pu être le cas pour beaucoup d'auteurs dans leur jeunesse et pour leur apprentissage, je n'ai jamais recopié leurs dessins. J'ai beaucoup d'admiration pour de nombreux auteurs actuels comme Duncan Fégrédo, Vincent Perriot, Ralph Meyer, Denis Bodart ...et j'en oublie. Personnellement, j'ai le désir de porter des histoires plus réalistes, aux sujets plus actuels et j'essaie d'évoluer dans ce sens graphiquement. C'est mon crédo: Le dessin doit être en adéquation avec l'histoire et la servir du mieux possible!

Voici aussi: Louis Alloing

Tag Cloud

© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Google+ B&W